Tirelire et Cassioppée : une matinée au Crackpot Café

C’est l’idée de peinturer une tête frisée sortant d’une grosse olive « manzanilla » qui avait motivé mon aîné à aller au Crackpot Café. Je lui dis régulièrement qu’à manger des olives sans retenue comme il le fait, il va en devenir une lui-même. Immortaliser cette image dans une assiette lui paraissait plutôt rigolo.

Mais à notre arrivée, son regard s’est posé sur LA tortue. Un modèle de tirelire déjà peinturé qui avait fière allure sur l’étagère. Coup de foudre. Il img_4944voulait en faire une identique ; petites pattes roses, coquille bleue deux tons et de jolis détails au crayon pointe fine.

Après le choix des couleurs, de la table de travail et de nos breuvages, il s’est mis au travail. L’ambiance était conviviale, la lumière d’automne entrait dans la boutique à profusion et mon espresso signé « Crackpot Café » (oui, oui! Ils ont leur propre café!) était délicieux. Je regardais mon fils peinturer sa pièce sans délicatesse (une seule couche de peinture suffira finalement!) et je tentais de limiter les coups de pinceau qui débordaient de leur cadre respectif.

Au final, c’est une tortue unique qu’il a fait (c’est la beauté de l’activité : toutes les pièces sont propres à chacun!). Une œuvre artistique fait rapido top chrono, aussi vite que lui a pris le temps d’engloutir son chocolat chaud avec des guimauves. La petite tortue baptisée « Goudi » manquait de finition et quelques plaques restaient sans couleur. Mais peu importe, c’était celle de mon fils. Elle prendrait le chemin du four ainsi, et se ferait dorer la couenne à 1800 degrés. Dans sept dodos, après être passée aux bons soins des employées, elle serait lustrée, brillante, avec des couleurs prononcées et serait prête à accumuler les dollars.

cassioppee-banc2Mon fils, à ce moment, avait autre chose en tête. Cassioppée. La mascotte du Crackpot Café avait gagné son coeur. Elle a 18 ans cette grosse tortue, qui recevait, lors de notre visite jeudi matin, ses petits soins habituels : un pelage complet et le nettoyage de son bain, effectués par la propriétaire multifonctionnelle (oui, elle fait de tout… Des tâches allant de la comptabilité à la gestion des ressources humaines, en passant par le bien-être de la tortue). Elle l’a adoptée au même moment qu’elle ouvrait le Crackpot, il y a 18 ans. L’entreprise qui comptait deux employées au départ en est maintenant à quinze, avec des projets qui se renouvellent continuellement.

Un des derniers concepts du Crackpot, c’est les vendredis « enfants sans parents ». De 18h30 à 20h30, les enfants de 6 à 12 ans se retrouvent au sous-sol avec un projet précis à faire. Un coup d’œil des projets à venir : le bol monstre et la tasse Frankenstein pour l’Halloween ; la boule de neige festive et les cadeaux de Noël à l’occasion du temps des fêtes. Une employée guide les enfants étape par étape lors des créations. Les parents ont deux heures de temps libre, pendant que les enfants ont une activité de créativité hors de l’ordinaire.

Informez-vous pour les fêtes d’enfants! Que ce soit à la maison ou en boutique, le Crackpot Café offre différentes formules qui s’adaptent aux besoins et aux budgets des familles.

À vos pinceaux!img_4955

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s